Dans le sillage de Maria Chapdelaine


Deux suites (en plus d'Alma-Rose) ont été publiées. À mon avis, elles ne sont pas très réussies, même si Gabrielle Gourdeau s’est mérité le Robert-Cliche 1992 avec Maria Chapdelaine ou le paradis retrouvé et que Philippe Porée-Kurrer a obtenu un succès populaire avec La Promise du lac (1992). 


GOURDEAU, Gabrielle. Maria Chapdelaine ou le Paradis retrouvé, Montréal, Les Quinze, 1992, 197 p.

Gabrielle Gourdeau raconte la vie de Maria Chapdelaine après son mariage avec Eutrope Gagnon. Maria n’arrive pas à avoir d’enfant et voit tous les gens qui l’entourent mourir, à commencer par Eutrope. Elle quitte la campagne pour la ville où elle obtient un baccalauréat en littérature. Elle sera adoptée comme grand-mère par une fillette vivant dans le même immeuble que le sien. Et Maria raconte à cette enfant qui vieillit, et qui représente désormais son unique famille, des bribes de son passé sans compter qu’elle la soutient dans ses études. Tout au long du roman, Maria écrit des lettres à son amour perdu …  François Paradis.  Cette suite fait état de l’évolution de la société québécoise des années 1920 aux années 1980.







PORÉE-KURRER, Philippe. La Promise du Lac, Chicoutimi, JCL, 1992, 512 pages.

La Promise du Lac nous fait vivre les deux années qui suivent la mort de Laura Chapdelaine. Maria n’épouse pas Eutrope Gagnon, mais Charlemagne St-Pierre qu’elle rencontre à Chicoutimi. Elle passe à deux cheveux de la mort en mettant au monde des jumelles. Son père, Samuel, se remarie avec Pâquerette Villeneuve. Ses frères quittent la maison paternelle : Esdras et Tit’Bé partent pour les chantiers, Télesphore est à Détroit et travaille pour M. Ford; quant à Da’Bé, il est en Saskatchewan et gère une concession qui lui appartient. Seule Alma-Rose vit encore avec son père. Cette suite est plutôt mélodramatique. Même Louis Hémon y apparaît sous les traits d’un certain Monsieur Le Breton. Porée-Kurrer a même consacré un second livre à la saga Chapdelaine, intitulé tout simplement Maria.



Enfin, il y a aussi ce roman que j'ai blogué en janvier 2017 : Maria Chapdelaine. Après la résignation.


Aucun commentaire: